La collection Catherine Gide

Ambre Philippe

Réunir avant dislocation un patrimoine artistique

Avant d’être dispersée, la collection picturale de Catherine Gide, principalement héritée de sa mère Elisabeth Van Rysselberghe, a fait l’objet d’une exposition au Lavandou (9 juin-26 septembre 2020).

Raphaël Dupouy a ainsi pu réunir sous le toit de la Villa Théo, avec l’aide de la famille de Catherine Gide, des œuvres de Barye, Bussy, Clouzot, Cornilleau, Cross, Denis, de Regoyos, Drouart, Guérin, Hiroshige, Hokusai, Kuniyoshi, de La Fresnaye, Laurencin, Laurens, Maillol, Marye, Minne, Piot, Pissarro, Redon, Rops, Schlobach, Sickert, Vallotton, van Rysselberghe, Vanden Eeckoudt.

« “Je publie ces lettres afin que le monde d’Élisabeth ne disparaisse pas tout à fait” déclarait Catherine Gide en 2000 en rendant publique la Correspondance entre sa mère Élisabeth et sa grand-mère Maria, veuve du peintre Théo van Rysselberghe et confidente d’André Gide. Ce monde, c’est celui d’un début de 20e siècle qui tente de retrouver ses aspirations humanistes et artistiques après avoir connu les horreurs de la Grande Guerre et qui ne sait pas encore qu’un autre conflit mondial anéantira bientôt définitivement les idéaux libertaires du siècle passé. »
Raphaël Dupouy, Figure libre, no 44, avril 2020.

Bulletin des Amis d’André Gide nos 211-212 : La collection Catherine Gide

Avec de belles illustrations, le Bulletin donne la parole à Juliette Solvès, pour la suite de son travail sur la collection de peinture de Gide, Peter Schnyder, pour une vision rapprochée de Théo Van Rysselberghe et André Gide, Nicole Tamburini, pour un aperçu des liens entre Théo Van Rysselberghe et le Japonisme, Raphaël Dupouy, pour un regard ouvert sur la peinture d’Henri Edmond Cross au soleil de Saint Clair, et Brigitte Chimier, pour un focus sur les artistes animaliers, Simon Bussy et Simone Marye.

Le Bulletin donne également la parole à Yukio Nishimura, qui a étudié les rapports entre Gide et Cortot, et Peter Schnyder, qui se penche sur ceux entre Gide et Julien Green.